Bon à savoir - Loisirs - A ne pas manquer
Association Culturelle de Dilbeek - Barre de titre

Loisirs - A ne pas manquer

Loisirs - L Association Culturelle de Dilbeek est une organisation socio-culturelle implantee dans la peripherie Bruxelloise.
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
fleche.PNG
 

La réserve naturelle des " Wolfsputten "

En contrebas du centre culturel de Dilbeek (Westrand), s'étend un grand domaine de quelque 90 hectares qui compte parmi les plus intéressantes réserves naturelles du Brabant flamand, les " Wolfsputten ".

Ne vous attendez toutefois pas y découvrir quelques animaux errants à l'allure de loups. En effet, le mot " wolf " fait ici référence au mot courbe, courbure tandis que " putten " évoque plutôt la carrière originelle... parcourue par un ruisseau du même nom " de wolfsputtenbeek ".

Un peu d'histoire

Dès le XIIe siècle, ce domaine appartenait à l'abbaye " Grooten Beygaerden ". Cette abbaye bénédictine, située au nord des Wolfsputten, avait acquis le terrain grâce à des dons de la Huis van Aa d'Anderlecht. La plupart des terrains étaient alors des terres arables clôturées par des haies. De petits bosquets bordaient la zone. Plus tard, au XVe siècle, une carrière connue sous le nom " het Steenwerc van Dyelbeke " fut ouverte dans sa partie sud. On y extraya pendant des décennies une pierre silico-calcaire dénommée " lediaan " qui approvisionna notamment les chantiers de construction des églises locales (Saint-Ambroise à Dilbeek et Saint-Pierre à Itterbeek), celui de la cathédrale des Saints Michel et Gudule et de l'Hôtel de ville de Bruxelles, et même celui de l'Hôtel de ville de Louvain...

Les "Wolfsputten " aujourd'hui
La commune de Dilbeek a entrepris il y a plus de deux ans des travaux d'aménagement impressionnants : élargissement des anciens sentiers et pose de revêtements adaptés, installation de caillebotis dans les parties encaissées ou marécageuses, de barrières d'accès imposantes et de panneaux explicatifs, aménagement d'un bassin de collecte des eaux de ruissellement et même d'un belvédère d'observation offrant un point de vue imprenable sur une partie de la réserve, tout cela en respectant admirablement bien le caractère sauvage et varié des diverses parties du domaine.

La réserve naturelle

Les Wolfsputten offrent une riche variété de biotopes : forêts, prairies, buissons et champs à tous les degrés d'humidité et de richesse en nutriments. Les sources calcaires du sud de la zone fournissent une flore très spécifique dans la vallée parcourue par le ruisseau. Il existe une grande variété de faune et de flore. En raison du tuf de chaux (précipitation calcaire), on trouve l'escargot du vignoble, l'escargot de cristal et l'escargot trident. L'aïl sauvage, la jonquille sauvage et la myrtille, l'iris jaune, le souci des marais et la prêle géante y poussent à profusion. Le grand pic tacheté, la petite fauvette des roseaux, le canari européen et la chouette hulotte notamment y ont trouvé un havre de paix et de tranquillité. L'inventaire Wolfsputten contient 335 espèces végétales, 76 espèces d'oiseaux, 37 espèces d'escargots et 16 espèces de mammifères.

Partir à la découverte des " Wolfsputten "

De nombreux sentiers balisés parcourent la réserve à partir de plusieurs entrées bien signalées à l'arrière du centre culturel du Westrand du côté de la cafétéria, par exemple, ou un peu plus loin à côté de l'aire de jeux sur la d'Arconatistraat, ou tout le long

de la Kloosterstraat et de la Stationsstraat.

Un dépliant d'information et un plan détaillé (en NL) peuvent être obtenus auprès du service du tourisme à l'entrée du Westrand

ou à la bibliothèque ou être directement téléchargés sur le site http://toerismedilbeek.be :

http://toerismedilbeek.be/wp-content/uploads/2014/03/Folder-Wolfsputtenwandeling.pdf

http://toerismedilbeek.be/wp-content/uploads/2014/11/Infobrochure-Wolfsputten.pdf

Nous ne pouvons que conseiller aux promeneurs de partir de l'entrée aménagée à côté de la cafétaria du Westrand, de longer l'arrière du bâtiment sur quelques mètres et de descendre par le chemin aménagé qui s'insère dans une ravine encaissée... bordée au printemps d'aïl sauvage à l'odeur fort prégnante... pour arriver tout en bas près d'une petite mare romantique... et ensuite de continuer leur promenade au gré de leur humeur pour revenir vers le point de départ par d'autres sentiers tout aussi pittoresques et bucoliques. Cette promenade peut aussi être prolongée jusqu'aux étangs qui bordent la Dansaertlaan. Les chiens sont admis en laisse dans toute la réserve où l'on peut même trouver l'un ou l'autre terrain de jeux aménagés pour eux. Veuillez noter que s'il a beaucoup plu, certains endroits peuvent être détrempés et des chaussures de marche solides peuvent être recommandées. En fin de promenade, si vous le souhaitez, vous pourrez déguster une bonne bière bien de chez nous ou un petit café à la cafétéria du Centre culturel.

_______________

Sources :

http://toerismedilbeek.be/wp-content/uploads/2014/11/Infobrochure-Wolfsputten.pdf

https://nl.wikipedia.org/wiki/Wolfsputten_(Belgi%C3%AB)

https://www.routeyou.com/nl-be/route/view/4534192/recreatieve-wandelroute/dilbeek-variant-wolfsputten

https://www.effenweg.be/events/wolfsputten/

Benoît Briffaut

Wolfsputten.jpg
Wolfsputten2.jpg
 

Napoléon, au-delà du mythe

Héritage de l’époque française (1795-1815)

 

D’abord, nos frontières ! Elles sont fixées dans le décret de 1795, qui annexe les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège à la France. Ensuite, la division du territoire en neuf départements, nos futures provinces. De plus, l’organisation générale de notre Justice date du Consulat et du Code civil ou Code Napoléon de 1804. Et aussi, l’état-civil. Une législation française de 1792 confie à l’administration civile l’enregistrement des naissances, des mariages et des décès, auparavant consignés dans les registres paroissiaux.

Bonaparte et la Belgique

 

Pendant le Consulat (1799-1804), le retour à une économie saine, à la liberté religieuse et à la paix crée un mouvement de sympathie en faveur de Bonaparte. Nos industries et notre commerce profitent de l’hégémonie française. Nous bénéficions aussi de l’organisation sociale. Les nécessiteux s’adressent aux secours publics, les sans-emploi recourent aux ateliers de charité. Pendant que la variole ravage le pays, Bonaparte organise la première campagne de « vaccine », gratuite. De février 1798 à juin 1815, Bonaparte, puis Napoléon, vient six fois en Belgique. Deux séjours durent près d’un mois. Il visite Ostende et les infrastructures portuaires, inspecte nos côtes et s’intéresse à nos ressources économiques. « Ce peuple n’est ni anglais, ni autrichien, ni antifrançais : il est belge ! » Destination de sa sixième venue ? Waterloo.

L’homme, l’intellectuel

 

L’homme pratique l’humour et aime rire. À table, il préfère les mets simples : volaille, lentilles, haricots blancs et verts. Homme très cultivé, passionné par les sciences, brillant en mathématiques (raison de son incorporation dans l’artillerie), avec, dans sa jeunesse, des ambitions littéraires, Napoléon est un vrai intellectuel. Goethe en témoigne. L’Empereur lit énormément et retient tout grâce à sa mémoire photographique. Sa mémoire des visages lui permet de reconnaître un soldat lorsqu’il passe ses troupes en revue. Bon militaire, il use d’un vocabulaire cru. Deux failles : il estropie les mots et les prononce mal. Il dit section pour session ; îles Philippiques pour îles Philippines. Le français n’est pas la langue de sa petite enfance.

L’exposition « Napoléon, au-delà du mythe »

 

Dans le cadre du bicentenaire de la mort d’une personnalité héroïsée par les uns, détestée par les autres, l’exposition « Napoléon, au-delà du mythe » veut donner un regard actuel et pluriel sur le personnage et sa place dans l’histoire. Un parcours thématique (la Révolution, la vie du soldat, le sacre, le faste, l’héritage…), immersif, coupé de scènes réalistes.

Plus de 300 pièces authentiques appartenant à des collectionneurs privés et à des institutions belges et étrangères.

 

Liège, gare des Guillemins, 7 jours sur 7, jusqu’au 9 janvier 2022. Audioguide quadrilingue. Tickets et infos : www.europaexpo.be – Réservations au 04 224 49 38

 

Michèle Lenoble-Pinson, Vice-présidente du CILF (Paris)

L’Association culturelle de Dilbeek (ACD) a pour objet d’organiser, d’encourager et de promouvoir toute activité culturelle en langue française, auprès des habitants francophones de la commune de Dilbeek et plus largement à l'intention de tous les francophones d'autres communes de la périphérie bruxelloise.
Barre de fin de page
c.png
D.png
a.png

   ssociation    ulturelle de    ilbeek

a.png